L'urologie
Généralités
sur la discipline
Les professionnels

L'anatomie
Le rein
Les uretères
La vessie
La prostate
L'utérus
Les ovaires
L'urètre
Le pénis
Les testicules

Les examens
La biopsie
Le scanner
La scintigraphie
L'I.R.M
Les prélèvements
ganglionnaires
Le toucher rectal

Les pathologies
Le cancer du rein
Les tumeurs
urothéliales
Le cancer de la vessie
L'incontinence urinaire
Le prolapsus
génito-urinaire
La cystite
Le cancer de la prostate
L'adénome de la prostate
La dysfonction érectile

Clinique Tivoli
La vessie
Qu'est-ce que la vessie?
     La vessie est un organe pelvien creux dont les parois sont constituées d'un muscle lisse en dehors (lae détrusor adapté au remplissage), et d'un épithélium pseudo-stratifié sur sa face interne, l'urothélium (tissu fibreux). Le trigone correspond à la base de la vessie, jonction urétro-vésicale, c'est le sphincter interne ou lisse. Cette paroi est distensible pour permettre le stockage de l'urine entre les mictions, son remplissage maximal habituel est d'une capacité physiologique de 400 à 500 ml chez l'adulte.

     Chez l'homme, la vessie est en rapport avec en bas la prostate , devant la symphyse pubienne, derrière le rectum. Les uretères pénètrent dans la vessie en biais, à la hauteur de sa face dorso-latérale : le trigone vésical. Cette zone triangulaire est histologiquement et embryologiquement distincte du reste de la vessie, ses capacités de dilatations sont moindres.

      L'ouraque est un canal fibreux virtuel imperméable qui relie le pôle antéro-supérieur de la vessie à l'ombilic : c'est un résidu embryologique du canal vitellin, qui reste normalement perméable à l'urine.

           

Comment fonctionne la vessie ?
     La miction est contrôlée par des fibres nerveuses parasympathiques et sympathiques issues des racines nerveuses sacrées S2 à S4. L'inhibition de ce réflexe est un apprentissage dans l'espèce humaine, qui se manifeste par la propreté et la continence.

     Elle est sous contrôle central, au niveau de centres nerveux du pont (dans le tronc cérébral). L'étude des fonctions urinaires est l'urodynamique.

     La physiologie de la miction se déroule chronologiquement par :
  • l'atteinte de la capacité physiologique (300mL).
  • les récepteurs à l'étirement de la paroi vésicale transmettent des influx   nerveux aux centres cérébraux supérieurs qui nous informe de l'envie   d'uriner.
  • la contraction du détrusor et relâchement du sphincter lisse.
  • il y a miction par relâchement volontaire du sphincter externe, sous le contrôle de la volonté, par l'intermédiaire des nerfs moteurs somatique