L'urologie
Généralités
sur la discipline
Les professionnels

L'anatomie
Le rein
Les uretères
La vessie
La prostate
L'utérus
Les ovaires
L'urètre
Le pénis
Les testicules

Les examens
La biopsie
Le scanner
La scintigraphie
L'I.R.M
Les prélèvements
ganglionnaires
Le toucher rectal

Les pathologies
Le cancer du rein
Les tumeurs
urothéliales
Le cancer de la vessie
L'incontinence urinaire
Le prolapsus
génito-urinaire
La cystite
Le cancer de la prostate
L'adénome de la prostate
La dysfonction érectile

Clinique Tivoli
La sonde urinaire
Qu’est-ce qu’une sonde urinaire ?
     Une sonde urinaire est un tuyau (de 35 à 40 centimètres) en latex ou en silicone, mis en place dans l’urètre. Cette sonde permet de récupérer les urines contenues dans la vessie, de les évacuer à l’extérieur et de les collecter dans un sac.

     Une sonde est posée :
  • quand le patient n’arrive plus à uriner spontanément, après une anesthésie par exemple
  • quand le patient a une inflammation de l’urètre, après une radiothérapie externe par exemple
  • après une opération, si on doit attendre que les tissus cicatrisent avant qu’ils ne soient capables de retrouver leurs fonction
Comment se déroule la pose d’une sonde?
     La sonde est lubrifiée et branchée au sac collecteur. Elle est ensuite introduite progressivement dans l'urètre. Une fois que l'extrémité de la sonde est dans la vessie, un ballonnet, gonflé avec de l'eau stérile, la maintient en place.

Que faut-il faire avant la pose d’une sonde?
     Pour éviter au maximum le risque qu'une infection se développe au contact de la sonde, un nettoyage soigneux de la verge doit être réalisé ; c'est ce que l'on appelle aussi la « petite toilette ». Cela est en général effectué par une infirmière. Ensuite, un antiseptique est étalé largement sur et autour de la verge. Un lubrifiant, qui peut contenir un anesthésique local, est déposé dans l'urètre. Il est conseillé de boire beaucoup d'eau pour éviter que la sonde se bouche ou qu'une infection urinaire survienne.

     Chez certains patients, pendant une durée variable après une prostatectomie, le muscle de la vessie peut avoir tendance à se contracter, procurant une impression douloureuse d'envie d'uriner alors que les urines sont évacuées par la sonde. Cette douleur est provoquée par les contractions de la vessie qui tente d'évacuer le corps étranger que représente la sonde urinaire. Un traitement médical permet le plus souvent de faire disparaître ou de diminuer nettement ces contractions. Pendant le port d'une sonde urinaire, la sonde ne doit pas être débranchée du sac collecteur.

     Lorsque la sonde n'est plus nécessaire, l'infirmière dégonfle simplement le ballonnet : la sonde glisse naturellement hors de la vessie. Lorsque la sonde urinaire est retirée, une gêne est souvent ressentie dans la verge et s'accompagne parfois d'une difficulté à uriner. Cette gêne disparaît très rapidement. Lorsqu'il est nécessaire de garder la sonde urinaire plus longtemps, il peut être proposé au patient de rentrer chez lui avec la sonde et de revenir après un délai choisi pour 24 ou 48 heures d'hospitalisation, afin d'enlever et d'évaluer la facilité d'uriner et l'existence d'éventuelles fuites urinaires. La sonde peut également être enlevée à domicile par une infirmière.

Langue
     
Les traitements
La sonde urinaire
La curiethérapie
L'hormonothérapie
La radiothérapie
externe
Les ultrasons focalisés
La lapararoscopie
La laparoscopie
robotisée

La chirurgie
La prostatectomie
La cystectomie
La neuromodulation
Les implants péniens

Laparoscopie robotisée

F.I.L.U.M


Groupe Urologie
Saint-Augustin